PRESENTATION DES VERTS
(Résumé, voir lien en bas de page)

Une identité

Pour promouvoir une autre façon de faire de la politique, Les Verts ont constitué une force écologiste indépendante des partis traditionnels ; une organisation ouverte aux dialogues et aux luttes communes avec les courants qui animent aujourd'hui la société civile (environnementalistes, régionalistes, tiers et quart-mondistes, féministes, pour le droit au logement, contre le chômage et l'exclusion...). Le mouvement des Verts s'enracine dans la vie associative et les luttes de terrain, il représente une écologie politique ambitieuse et réaliste, prête à prendre ses responsablités à tous les niveaux.

Un mouvement sans frontières

Parti d'Allemagne et de France, le mouvement vert est désormais présent presque partout dans le monde. Aujourd'hui, les écologistes ont une représentation parlementaire en France, en Suisse, en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg, en Italie, en Finlande, en Suède... Les Verts participent au gouvernement en France, en Géorgie et en Lituanie. La fédération européenne des Verts rassemble plus de trente partis de l'Est et de l'Ouest européen. Une première réunion planétaire des Verts a eu lieu à Rio de Janeiro, en juin 1992, à l'occasion de la Conférence de l'ONU "Environnement et Développement".

La responsabilité planétaire

L'humanité doit aujourd'hui prendre en compte les effets de ses activités sur l'ensemble de la planète et faire en sorte que les générations futures puissent vivre dans un environnement préservé. La lutte contre l'effet de serre, la préservation de la biodiversité, des ressources en eau et de la qualité des sols, la bataille contre les diverses pollutions nocives aussi bien pour la santé humaine que pour les écosystèmes, pour un cadre de vie plus humain sont des enjeux essentiels.

La solidarité

L'économie, telle qu'elle est, produit misère, chômage et exclusion. Les rapports entre les pays industrialisés et pays pauvres se dégradent. Redistribuer le travail et les richesses, améliorer la protection sociale et réorienter l'aide au tiers-monde sont nos priorités.

La citoyenneté

Les citoyens doivent pouvoir maîtriser le fonctionnement des institutions qui régissent leur vie commune (politique, sociale et économique). Cela passe par l'élargissement de la démocratie dans la cité et dans l'entreprise.

Fonctionnement des Verts

(Les Verts se sont donnés des statuts à l'image des institutions qu'ils préconisent.)

Primauté des régions
 
Un exécutif collégial
Les régions s'organisent de façon autonome et désignent directement les trois quarts des membres du Conseil national interrégional (CNIR), l'organe législatif du mouvement, composé de 120 membres. Le dernier quart des délégués du CNIR est élu à la proportionnelle par l'Assemblée fédérale réunie tous les deux ans (la dernière s'est déroulée à Toulouse à l'automne 2000).
Le CNIR élit un Collège exécutif (CE) de 10 à 15 personnes (15, actuellement). Chaque membre de cette équipe exerce une responsabilité précise.
 
Une démocratie directe interne
 
La parité femmes-hommes
A la demande de 10% des adhérents, le Collège exécutif est tenu d'organiser un référendum dont le résultat est décisionnel. Pour les élections présidentielles de 2002, le candidat des Verts a été désigné par le vote par correspondance de l'ensemble des 10 000 adhérents à jour de leur cotisation.
Les instances internes des Verts sont élues à la proportionnelle ; lors des élections par liste en France (municipales, régionales, européennes), Les Verts présentent des listes paritaires femmes-hommes alternés. A Paris, lors des élections municipales de mars 2001, Les Verts sont les seuls à avoir présenté dans les vingt arrondissements de la capitale dix têtes de liste femmes et dix têtes de liste hommes.
Pour tout complément de renseignements, vous pouvez utilement vous reporter au site national en cliquant sur le lien ci-après : Tout savoir sur les Verts

retour